L’établi complet :

Voici comment vous pourrez faire vous-même un établi, sorte de grosse table spécialement faite pour servir à la réalisation de travaux de menuiserie de toutes sortes.

établi

La pièce la plus importante que vous aurez à chercher pour le faire est un plateau de hêtre ou de chêne, de 1,50 m de longueur , 0,5m de largeur, 7 cm d’épaisseur. II vous faudra, en outre, quatre membrures de 0,84m de longueur sur 10 cm de largeur et 7cm d’épaisseur, des planchettes de 2 cm de largeur sur 1 cm d’épaisseur, une planche de même épaisseur, de 1,20 m de longueur et 50 cm de largeur, qui pourra d’ailleurs être remplacée par deux planches de moindre largeur.

La table :

établi

 

Vous commencerez par préparer le plateau, c’est-à-dire le perforer ou le creuser là où il le faut. Creusez quatre mortaises, une à chaque coin, à 15 centimètres du petit côté, à 15 millimètres du grand côté, de 4 centimètres de largeur, autant de profondeur, et 10 centimètres de longueur. Percez ensuite votre planche d’un carré de 3 centimètres de côté, à 7 centimètres de chaque côté, et, en vous servant d’un vilebrequin et d’une mèche américaine, percez-la en son milieu.

Les autres constituants de l’établi :

établi

 

Cette première partie de l’ouvrage achevée, sciez le bout de vos quatre membrures en languettes de 4 centimètres de largeur et de hauteur, en donnant vos traits de scie parallèlement et à 15 millimètres de la largeur. Creusez sur le milieu de la largeur une mortaise de 7 centimètres de hauteur, 2 centimètres de profondeur, 1 centimètre de largeur, à 10 centimètres du bas. Creusez une seconde mortaise de mêmes dimensions au milieu de l’épaisseur, à droite de la première sur deux d’entre elles, à gauche sur les deux autres.

 

Prenez l’une des premières et percez-la entièrement d’une mortaise carrée de 2 centimètres de côté, à 20 centimètres du bas, sur le milieu de la largeur, et faites creuser à 7 centimètres du pied de la languette un pas de vis, auquel une longue vis à tête trouée et munie d’une tige coulissante devra être assortie. N’importe quel tourneur vous fera ce travail et il est très important, vu qu’il constitue la partie principale de la presse. Comme diamètre, 2 à 3 centimètres conviendront. S’il ne vous est pas possible de faire effectuer ce filetage, employez une vis en acier, dont l’écrou sera noyé dans le pied.

établi

Prenez ensuite la planche de 79 centimètres ; sciez l’un des bouts en biais et, à 14 centimètres de ce bout, faites un trou par lequel passera, avec assez de jeu, la vis. A 5 centimètres de ce trou, sur la face opposée à celle biseautée, creusez une mortaise de 2 centimètres de côté et de profondeur, et enfoncez à l’aide d’un maillet, après avoir enduit de colle une barre de bois de 2 centimètres carrés et de 20 centimètres de longueur.
Vous pouvez maintenant commencer la construction, ou plutôt le montage de votre établi. Prenez deux barres de 1,04 m de longueur sur 7 centimètres de largeur et 1 centimètre d’épaisseur, et, enfoncez-les chacune dans deux des membrures, dans la mortaise pratiquée dans l’épaisseur, en ayant soin de placer celle filetée à gauche, toujours après avoir enduit de colle. Joignez ces deux assemblages à l’aide de deux lattes de 40 centimètres de longueur. Ceci fait, placez sur ues quatre pieds, avec l’aide d’un ami, la table faite en premier lieu. Elle sera en effet trop lourde pour être maniée par un homme seul. Lorsque vous aurez enfoncé les languettes dans les mortaises, à l’aide de votre maillet, et cette fois sans colle, votre ouvrage sera presque terminé. Pour augmenter la solidité de cet assemblage, fixez-le avec des chevilles de bois dur.

Il vous restera à faire le crochet qui sera constitué par une pièce de bois à section carrée de 15 à 20 centimètres de longueur et 4 centimètres de côté. Sur l’un des côtés, à 5 millimètres du bord, vous enfoncerez une série de clous, à 3 millimètres l’un de l’autre, dont vous couperez la tête. Vous enfoncerez cette pièce dans le trou ménagé à gauche sur l’établi. Le glissement devra être très dur, le crochet étant destiné à maintenir les planches à raboter, mortaiser, etc. Les pointes seront toujours placées (le réglage se fait en donnant des coups de maillet dans l’un ou l’autre sens) au milieu de l’épaisseur de la pièce à travailler. Faites ensuite des encoches à la planche de 1,20 m x 0,50 m  à chaque coin, de 10 cm x 7cm, de façon qu’elle se place exactement entre les quatre pieds, sous les quatre lattes, auxquelles elle sera fixée par des vis. Vous aurez constitué ainsi le fond d’établi.

Prenez une latte de 1,50 m de longueur, 7 centimètres de largeur, 1 centimètre d’épaisseur, et clouez à la table en interposant un morceau de 10 centimètres de la même latte à chaque bout, et un au milieu. Ceci est le porte-outils. On y glisse ciseaux, limes, etc…, qui sont retenus par leurs manches. Il ne vous reste plus qu’à placer la presse, ce que vous ferez en faisant pénétrer le conducteur de la presse, c’est-à-dire la réglette encastrée dans le bas de la presse, dans son trou, et en mettant la vis. Le conducteur est indispensable, la presse ne peut, bien fonctionner sans lui.

Enfin, procurez-vous la pièce de fer à patte recourbée qu’on appelle valet, glissez-la dans le trou central : votre établi est prêt à vous rendre les services que vous en attendez. Le valet sert à maintenir les planches à travailler. On place le bois sous la patte et on le coince en tapant sur le haut du valet à coups de maillet. Le travail fini, on tape en dessous pour dégager la pièce.