Le seuil au delà duquel le risque de développer une maladie cancérigène des sinus ou de l’ethmoïde est de 1 mg/m3.
Les poussières sont faites de matière divisée en particules si fines qu’elles demeurent, pendant un temps prolongé, en suspension dans l’air et sont transportées à distance par les mouvements de l’atmosphère. Les plus dangereuses pour le poumon ne sont pas celles de la haute atmosphère, qu’elles soient d’origine volcanique (on les détecte trois ans encore après l’explosion et sur toute la planète), ou salines d’origine océanique (2 000 millions de tonnes par an), ou organiques issues du monde végétal. Les plus nocives proviennent d’autres sources. C’est l’homme lui-même qui, par son industrie, disperse une quantité anormale de poussières chimiques et minérales dans la basse atmosphère : aux États-Unis, on dépasse 10 millions de tonnes par an ; en France, les déchets industriels atteignent 150 millions de tonnes, dont la plupart sont retraités.
Ces poussières sont généralement constituées de charbon, d’oxydes métalliques, de ciment, de calcaire et de silice, sous forme de particules dont la dimension varie entre 0.1 et 200 micromètres. Leurs suspensions dans l’atmosphère sont dites aérosols ou fumées si la taille des particules est inframicronique (de 0,02 à 1 mm).
Une des propriétés des plus dangereuses des poussières est de fixer des molécules gazeuses irritantes ou toxiques présentes dans l’atmosphère (acide sulfureux, goudrons, gaz nitreux), ce qui augmente considérablement leur nocivité.
Une campagne menée en 2008 par INRS,OPPBTP et CNAM à montré que sur 3000 établissements visités, 2550 avaient leurs postes fixes équipés de filtration mais seules 1800 entreprises avaient leurs machines raccordées aux systèmes de filtration

Il convient avant tout de partir de l’étude faite par l’INRS (prévenir les risques) , voici deux paragraphes à lire en préambule et ensuite veuillez cliquer sur le lien qui vous conduira vers l’étude de l’INRS

Prévenir les risques :

Seul le risque pour la sante est abordé dans ce document de l’ INRS . Copiez ce lien et coller le à partir de votre navigateur pour l’intégralité du texte , remerciements à l’INRS  :

http://www.inrs.fr/accueil/produits/mediatheque/doc/publications.html?refINRS=ED%20974

 

Matériels de filtration :

 

Pourquoi le filtre est-il important ?

L’efficacité des masques filtrants de protection respiratoire est directement liée au type de support filtrant. Il est indispensable d’être en mesure de déterminer si le masque jetable porté et si la cartouche filtrante utilisée sont bien adaptés aux risques encourus.

Quatre normes européennes définissent les exigences que doivent respecter les Différents types de filtres :

  • NF EN 14387 Filtres anti-gaz et filtres combinés
  • NF EN 143 Filtres à particules( nouvelle législation P1 2 3 anti poussière R réutilisable, Non Réutilisable 2009)
  • NF EN 372 Filtres anti-gaz SX et filtres combinés contre certains combinés spécifiques désignés 14387
  • EN 149 masques jetables

 Il existe trois classes d’efficacité des filtres selon leurs performances de filtration :

Classe P1 (faible efficacité) Arrêtent au moins 80% de cet aérosol (soit une pénétration inférieure à 20%)
Classe P2(efficacité moyenne) Arrêtent au moins 94% de cet aérosol (soit une pénétration inférieure à 6%)
Classe P3 (haute efficacité) Arrêtent au moins 99,95% de cet aérosol (soit une pénétration inférieure à 0,05%)

Comment choisir la classe d’efficacité d’un filtre anti-aérosol ?

Il faut se reporter à la fiche de données de sécurité. Voici quelques domaines d’application en fonction de la classe de filtration :

 

P1

Poussières gênantes, poussières fibrogènes non toxiques

P2

Poussières toxiques (bois, , résine polyester, …), fumées métalliques (fumées de soudure)

P2

Brouillards d’huile

P3

Poussières très toxiques (amiante, arsenic, cadmium,…) plomb, fumées de soudage

P3

Brouillards d’huile


Voir la brochure INRS ED 780:
Les appareils de protection respiratoire, choix et utilisation
Ce guide propose une description détaillée des différents types de matériels puis une méthode d’aide au choix de l’appareil le plus adapté à une situation de travail donnée. Il fournit également des critères d’utilisation, de stockage et d’entretien de chaque type d’équipement.

 

ED780 (2002, 54 p.)
Copiez ce lien sur votre navigateur

http://www.inrs.fr/publications/ED780.html

 

Les appareils de protection respiratoire
Cette fiche pratique présente de manière synthétique les différents types de masques. Elle indique les critères à prendre en compte pour le choix de l’appareil le plus adapté à une situation donnée.

 

ED 98 (2008,4 p.)
Copiez ce lien sur votre navigateur

http://www.inrs.fr/publications/ED98.html


– Protection collective :

Aspirateur de 90 litres

aspirateur de combiné

– Protection individuelle :

Masque complet (conseillé)

masque protection  masque protection

 

Masque avec filtre P2

 

Masque FFP2