Modeste à l’orée du bois,
Luttant contre la disette,
Il fabrique des noisettes
Pour qui les ramassera.

Sous son nom de coudrier
Il crée de souples baguettes,
Moyennant quoi, tous les sourciers
L’obligent à faire des courbettes.

Étymologie :

Le « coudrier » dérive du grec « corus« , casque, en raison de la coiffe du fruit. Le nom « Noisetier » est apparu au XVIe siècle. Le nom latin, Corylus avellana, évoque la région montagneuse d’Aveline, en Italie, où abonde le noisetier.

noisetier

Noisetier entre St Lary et Aulon (65)

 

Origine :

Europe.

Habitat :

Les forêts et les maquis méditerranéens. La coudraie est le lieu planté de coudriers. Des noms de lieux en dérivent (Coudray). La noisetterie ou noiseraie est le verger planté de noisetiers.

noisetier

 

Bois :

teintier noisetier

Taille :

Les noisetiers sont des arbrisseaux (taille : 4 m), sauf un arbre :
le Noisetier de Byzance, Corylus colurna.

Il existe d’autres petits noisetiers :
– le noisetier tortueux ou Corylus contorta aux rameaux tortueux ; essence naturelle, découverte en 1863, dans le comté de Gloucestershire.
– le noisetier franc, Corylus maxima, qui croît sur le pourtour méditerranéen. Il se distingue par un port plus élevé et un involucre (colerette en extrémité de tige) tubuleux deux fois plus long que la noisette.
– le noisetier pourpre, au feuillage pourpre est un cultivar (variété de plante, arbres compris, obtenue en culture, généralement par sélection, pour ses caractéristiques « réputées uniques ». Il peut s’agir de qualités esthétiques, techniques ou de vitesse de croissance pour les arbres par exemple.

Il existe aussi un « noisetier de Virginie » qui n’est pas un noisetier (à l’apparence près de ses feuilles), mais du genre Hamamélis.

Port :

Corylus avellana

Le noisetier est un arbre « multigaule« (composé de plusieurs troncs fins). On dit qu’il rejette de souche. Son allure ressemble à celle des arbres qui poussent en cépée (taille d’un arbre à ras de terre, de sorte qu’il repousse en formant beaucoup de nouveaux rameaux depuis la souche).

Écorce :

brun-jaune se détachant en fines lamelles.

noisetier

Feuillage :

Caduc. Feuilles alternes, aux pétioles courts,ovales larges, au sommet en pointe. Elles sont bordées d’une double rangée de dents grossières et parfois découpées en lobes. Elles sont vert sombre sur le dessus, et plus claires, légèrement duveteuses et à nervures saillantes sur le dessous.

feuille de noisetier

feuille de Noisetier

Fleurs :

Le noisetier fleurit de janvier à mars. C’est le végétal forestier dont la floraison est la plus précoce ; parfois, elle survient dès décembre. Le noisetier fructifie vers 10 ans et plus tôt s’il rejette de souche. Les fleurs unisexuées sont réunies en inflorescences : les mâles apparaissent à la base des rameaux de l’année, par groupes de 2 à 4 chatons longs de 6-7 cm, pendants et jaunes ; les femelles ne se manifestent que par les stigmates rouges, dressés et sessiles.

Risque de pollen allergisant :

moyen à fort.

Fruits :

la noisette est un akène. Elle est mûre en septembre-octobre. Elle est sphérique, solitaire ou groupée par 2 à 4, enchâssée dans un involucre foliacé en forme de cloche, au bord irrégulièrement denté ou divisé en lanières.

noisette


noisette

Quand tailler ? :

Le noisetier ou encore Corylus avellana se taille en janvier

Traditions :

Chez les Celtes, les branches souples de coudrier étaient des « baguettes magiques ». Les sourciers s’en servent toujours. La tradition veut que le sourcier coupe les jeunes branches (badines) à la saint-jean avec un couteau neuf.

Dans l’astrologie celtique, le noisetier est charmant, peu exigeant, très compréhensif, …

 

Utilisations :

Les feuilles, l’écorce des jeunes rameaux et les chatons contiennent des principes actifs. Le noisetier est cultivé pour ses fruits (noisettes), notamment en Italie, dans la région montagneuse d’Avellino (d’où le nom latin, Corylus avellana). Les noisettes à pellicule rouge sont employées en pâtisserie, celles à graine blanche conviennent mieux en confiserie.

On fait également de la vannerie en taillant des lames à partir des branches. Le Noisetier pourpre est un arbuste décoratif (comme le Prunus pissardi), en raison de la couleur pourpre de ses feuilles. Il est plus petit que le Prunus pissardii.

Particularité :

les racines de noisetier vivent en symbiose avec des champignons (comme chez le hêtre et le mélèze).

Maladie :

les noisettes présentent un petit trou et sont vides. Le Balanin de la noisette est un insecte qui perce les jeunes noisettes pour y déposer des oeufs. Les larves issues de ces oeufs se nourrissent de l’amande puis perforent la coquille (d’où le petit trou) pour en sortir. Elles se laissent tomber au sol et s’y enterrent pour passer l’hiver. Ce n’est qu’au printemps que les larves se transforment en adulte.
Traiter chimiquement n’est pas réellement efficace car il faut passer le produit lorsque les insectes adultes sont dans le noisetier, ce qui n’est pas forcément très évident !
Pour s’en débarrasser, la meilleure solution reste de griffer ou de bêcher au pieds de l’arbre afin que les larves enfouies dans le sol se retrouvent à la surface et ainsi exposées au froid (ce qui leur est fatal) et aux prédateurs.