Cette petite enfant croyait
– Quand elle chantait toute seule
Dans le fond du jardin –
Que personne ne l’écoutait.
Mais elle oubliait le tilleul
A qui le vent prêtait
La longue flûte verte,
Le tilleul qui se croyait seul
Lui aussi au coeur de l’été.
Et les étoiles, sur le bord
Bleu du ciel, se penchaient si fort
Pour mieux les écouter
Qu’on les voyait tomber
Toutes luisantes par milliers
( L’enfant et le tilleul )

Étymologie :

Du latin « tilia ». Son nom allemand, « linde » est à l’origine du nom du botaniste (suédois) Linné (en Suède, il s’appelait Linnaeus).

Origine :

Deux espèces européennes, le Tilleul à petites feuilles (Tilia cordata) et le Tilleul à grandes feuilles (T. platiphyllos).

Le Tilleul de Hollande (Tilia x vulgaris), également appelé Tilleul intermédiaire, est un hybride naturel de Tilia platyphyllos et Tilia cordata.

Tilleul       Ce tilleul a été photographié à Cahors sur les bords du Lot en juin 2011.

 

 

 

Bois :

 

teintier tilleul

 

 

Espèces introduites :

Tilleul argenté, Tilia tomentosa (Asie mineure),

Tilleul d’Amérique, Tilia americana (le plus haut : 40 m ; grandes feuilles jusqu’à 30 cm),

Tilleul « Henrya », Tilia henryana (Asie),

Tilleul de Sibérie, Tilia x euchlora (feuille dentée).

Habitat :

Les Tilleuls sont des essences de lumière ou demi-ombre. Ils acceptent les sols calcaires, en atmosphère humide avec le hêtre, le chêne pubescent et l’érable sycomore. Ils rejettent de souche.

Rusticité :

Il est en zone 6 (les Tilleuls supportent le froid jusqu’à -23°).

Les zones de rusticité sont des régions géographiques délimitées en fonction de leurs températures minimales moyennes. Elles permettent de savoir quelles plantes peuvent supporter les hivers d’une région. Cette analyse part du principe que les plantes ne supportent pas des températures basses prolongées, et notamment des gels prolongés. Les plantes meurent et leur chance de repartir par les racines sont incertaines. L’hiver de 1985 a été très rigoureux en Europe et nombre d’eucalyptus et de mimosas, même dans les régions méridionales, ont gelé. Les mimosas sont repartis mais pas les eucalyptus. On distingue jusqu’à 12 zones selon les pays. Chaque zone est elle même divisée en sous-zones de suffixes « a », « b » et « c » (la zone « c » étant légèrement plus chaude que les autres).

 

 

Par exemple, une plante de rusticité 4b pourra être cultivée sans protection particulière dans les zones supérieures ou égales à 4b. Par contre, elle risque de ne pas supporter les hivers rigoureux d’une zone inférieure (de 0 à 4a). En hiver, des mesures de protection s’imposeraient.

La résistance au froid n’est pas le seul critère à observer : les arbres résistants au froid n’apprécient pas forcément la chaleur. Ainsi, les arbres des régions nord, comme le bouleau ou le noyer, ne sont supportent pas les forte chaleurs.

 

Port (arbre isolé) :

Houppier large, arrondi et dense. Chez les sujets âgés, le houppier en partie haute se détache des branches basses abondantes et étendues. De loin, cette silhouette est caractéristique. Le Tilleul argenté a des branches ascendantes.

 

Dimensions :

Tableau récapitulatif


Écorce lisse, gris clair sur les jeunes sujets, se fissurant en formant des bosses sur les sujets âgés.

Feuillage caduc. Les feuilles sont alternes, distiques (comme chez le charme, le hêtre, l’orme) : elles captent ainsi le maximum de lumière. En été, des pucerons se gavent de la sève et rejettent un miellat collant sur les feuilles. Celles-ci se dessèchent parfois prématurément. Les feuilles sont en coeur (cordata), légèrement asymétriques à la base, glabres, sauf chez le tilleul argenté ou « tomenteux », avec des touffes de poils aux nervures, et dentées.

 

Plantation :

Il est recommandé de planter le tilleul à l’automne afin de favoriser l’enracinement avant l’hiver.
Choisissez un endroit distant d’au moins 15 à 20 m d’une habitation car cet arbre prend beaucoup de place…

 

Taille :

Aucune taille n’est vraiment nécessaire mais si vous devez élaguer et réduire la ramure, faites le, entre novembre et mars mais hors période de gel

 

Fleurs :

En grappes pendantes de 2 à 10, avec une longue bractée vert pâle, très odorantes, en mai-juin. Les étamines sont nombreuses et réunies à la base en plusieurs faisceaux ; ce type de soudure se retrouve, encore plus marqué, chez les malvacées ; l’anthère s’ouvre par deux fentes. Les cinq carpelles sont soudés et contiennent chacun deux ovules.

 

Risque de pollen allergisant :

Faible car les fleurs dispersent très peu de pollen dans l’air (on dit anémophile) . Attention cependant, de mai à début août, les pollens de cette plante peuvent provoquer des allergies, en particulier chez le patient souffrant de rhume des foins

 

Fruits :

Petites boules de 0,3 cm, groupées par 2, 3 ou 4, et munies d’une aile qui facilite leur dissémination par le vent. Les fruits du tilleul de Hollande sont plus gros, à paroi plus résistante et côtes plus proéminentes.

feuilles de tilleul

Tilleul de Cahors
( juin 2011)

feuilles de tilleul

 

Légendes et traditions :

Les masques des sarcophages du Fayoum (époque hellénique, en Égypte) étaient en tilleul, ce qui indique un caractère sacré de cet arbre dans les temps anciens.
Dans la mythologie grecque, la nymphe Philyie conçut du père de Zeus un enfant monstrueux, et, de honte, se métamorphosa en tilleul. Le tilleul est aussi l’incarnation féminine de Baucis, une pauvre villageoise qui accueillit, sans le savoir, Zeus déguisé en vagabond. Son mari, Philémon, se réincarne en chêne.
Chez les Germains, le tilleul était aussi de caractère féminin, puisqu’il était dédié à Frigga, déesse de la fécondité et de l’amour maternel.
Dans l’astrologie celtique, le tilleul est doux et se laisse fléchir facilement,…
La religion chrétienne accorde au tilleul un caractère sacré, dû à l’odeur de ses fleurs. On en plantait près des églises au Moyen-Âge.
Arbre de justice : dans l’est de la France et les pays germaniques, on débattait des affaires publiques et on rendait la justice à l’ombre du tilleul.
Arbre de la liberté : il fut l’un des arbres choisis en 1792 pour incarner les valeurs de la Révolution française.

 

Utilisations :

– médicinales : plante antispasmodique, calmante, sudorifique, antirhumatismale et diurétique (fleurs avec bractées, aubier).
– tressage et tissage : paniers, cordages, toiles, voiles, sandales, nattes (fibres de l’écorce).
– alimentation animale : fourrage (feuilles).
– alimentation humaine : plante mellifère, à la base de la production du miel de tilleul (fleurs), succédané de café (fruits torréfiés).
– aménagement : parcs, alignements, places de village.
Le bois de tilleul est blanc, tendre, homogène, avec un grain très fin. II allie à ces qualités l’avantage d’une stabilité remarquable après séchage. Mais il ne résiste pas bien à l’humidité. Il se sculpte et se tourne très bien. On l’utilise également pour fabriquer des charpentes de meubles, des cadres de tableau, des sabots, des planches d’imprimerie, des crayons et des allumettes, des touches de piano. On l’utilise en modelage et en lutherie.

Il peut également fournir de la pâte à papier. Il brûle mal, mais son charbon est utilisé pour la fabrication de fusains et de poudres.

De l’écorce, on extrayait des fibres, la teille, qui, par rouissage, faisaient des cordes, des nattes et des tissus grossiers.Les fleurs contiennent un narcotique pour les insectes. L’infusion de fleurs est un calmant, antispasmodique et fébrifuge. Même si cela se fait couramment, il n’est pas recommandé de laisser les bractées dans l’infusion.

Depuis le XVIe siècle (notamment à l’instigation du ministre Sully), on plante les tilleuls dans les jardins publics et en alignement de rue, car ils supportent la taille, et ce bien avant que n’arrive la mode des allées de platanes ou de marronniers. On peut également les guider en espalier (centre d’Amiens). Le Tilleul argenté résiste bien à la pollution. Le plus résistant (et employé actuellement en ville) est le Tillia pallida car il est peu sensible aux attaques des acariens : il abrite sous ses feuilles des auxiliaires prédateurs des acariens.

 

Les techniques de semis :

De septembre à décembre, les petites boules sont ramassées à la main puis mises à sécher, puis broyées pour en extraire l’unique graine. Les graines sont ensuite tamisées puis conservées dans la mousse de tourbe humide à 1-5 Celsius et conservées au frigo jusqu’au deuxième printemps suivant pour être semées.

Préparer les planches de semis l’automne. Le semis se font de très bonne heure le printemps en avril, en planches, sur un sol humide. Enterrer légèrement les semences. Arroser en cas de nécessité seulement. Lorsque la germination a eu lieu à la fin de mai ou au début de juin, veuillez à ce que les semis ne sèchent pas. Ils atteindront 10 à 15 centimètres la première année. Le printemps suivant transplantez en rangs, en pépinière.