Quel que soit l’endroit où les artisans ont travaillé, ils ont fabriqué, amélioré leurs outils qu’ils faisaient eux même le plus souvent. La Varlope vous les déploie dans cette liste alphabétiquement et y ajoute les définitions qu’il glane au court de ses lectures . Ils ne sont pas classés par métier, mais un jour sur ce site nous pourrons retrouver comme dans un musée, ces outils photographiés par La Varlope et installés dans l’atelier reconstitué de l’artisan.

Bâtissoir : Bâti de bois muni d’une traverse mobile sur laquelle est fixée une corde, qui maintient une vis de bois.

Bondonnière : Outil servant à creuser le trou des bondes des tonneaux, son fer comporte deux taillants et se termine par une vrille d’amorçage.

Boutoir : Pour un sabotier , sert à aplanir les surfaces intérieures des sabots. boutoir venant de bouter (pousser) . On pousse la matière

 

Bigorne : Enclume sur laquelle le tonnelier façonnait les cercles métalliques qui donnaient cohésion et robustesse au tonneau.

Cauchoir : Il servait à biseauter l’extrémité des cercles de roulage en bois posés sur les tonneaux.

Chèvre : Encore appelée Selle, était un banc de travail sur lequel le tonnelier s’asseyait pour façonner les douelles à la plane.

Coche : C’est l’établi du creuseur de sabot .

Cognée : Hache dont le fer est en forme de coin.

Coin : Il sert à refendre le bois dans le sens des fibres.

Colombe : Le tonnelier travaillait assis sur ce banc qui n’est autre qu’une varlope renversée, au fût pourvu de trois pieds et incliné.

Compas de forestier : Outil de l’élagueur.Il était appelé « pélican » à cause de la forme de ses branches.

Compas d’épaisseur : Encore appelé « Maître à danser » permet de prendre les épaisseurs extérieures avec ses branches courbes et les épaisseurs intérieures avec ses branches droites.

Coutèche : Le couèche est un grand fendoir à lame épaisse, utilisé par les sabotiers ardèchois

Coutre : Outil spécifique du fendeur.Il a la même forme de lame que le départoir, mais le taillant est aiguisé, convexe, à simple biseau, parfois terminé en oriflamme. Le manche est déporté vers l’extérieur.

Crot à résine : godet en terre cuite utilisé par le gemmeur, était fixé sur le tronc du pin maritime pour en récolter la résine.

Cuillère : La cuillère à la forme que son nom indique: ses bords sont tranchants et son biseau se trouve à l’intérieur. L’artisan creuse en exerçant un mouvement de torsion avec le manche.

Débondoire : Outil qui sert à retirer les bondes des tonneaux.

Départoir : Outil spécifique du fendeur. Il est constitué d’une lame droite , coupante, à double biseau, plus longue que le diamètre du bois dont elle doit tirer des quartiers.

Doloire : Outil du tonnelier qui lui permettait de réaliser les douelles du futur tonneau.

Ebourgeonnoir : Outil de l’élagueur. Sert à ôter sur le tronc,les bourgeons des jeunes pousses qui nuiraient au développement de la cime d’un arbre. Cet outil à comme l’émondoir un taillant supérieur et un taillant inférieur , ce qui permet d’agir quand on le tire vers soi.

Echenilloir : Outil de l’élagueur. Il est fait d’un crochet que l’on passe sous la branche où se tient le nid de chenilles, avant d’actionner avec une ficelle la lame qui présente le taillant.

Emondoir : Outil de l’élagueur. Sert à ôter les branches latérales, mortes ou vivantes, dont on ne veut pas.



Fagotière  : Outil de serrage permettant d’entasser les branchages et de les enserrer grâce à un levier pour en réduire le volume avant de ficeler le fagot

Fendoir : Il sert à refendre le bois dans le sens des fibres.



Hache à blanchir : Sert à dresser les poutres à partir du bois brut.

Hache d’élagage : Possède un fer plat et léger, à double biseau, emmanché pour être manié à une ou deux mains.

Hache à bucher : Pour un sabotier cette hache est son doloire. Le manche est court , terminé par un bulbe, toujours fait par le sabotier à sa main, est déporté par rapport au fer. La lame est triangulaire. Le taillant a un biseau simple sur le coté droit.

Hache : Outil dont se sert le bûcheron pour attaquer le tronc de l’arbre, la hache possède un taillant long à double biseau.

Hachereau : Il servait à biseauter l’extrémité des cercles de roulage en bois posés sur les tonneaux.

Herminette : Hachette qui devrait son nom à la courbure de  son fer rappelant le museau de l’animal . Elle est utilisée entre autre pour réaliser des sabots et son taillant est droit et fait la largeur d’un talon. Le biseau simple se trouve du coté du manche et lui est perpendiculaire. Le manche court permet la précision du geste.

Jable : Ce n’est pas un outil, c’est la rainure pratiquée sur les parois latérales dans laquelle vient se loger le fond du tonneau.

Jabloir : Outil comportant un fer et une platine de bois que l’artisan pose sur les douelles, afin de creuser le jable à la bonne hauteur (trusquin en quelque sorte)



Merlin : Il sert à refendre le bois dans le sens des fibres.

Paroir : Outil se montant sur l’établi du sabotier par le crochet réalisé en son extrémité. Les lames des paroirs sont très longues , terminées par cet anneau d’un coté et d’une poignée en forme de T à l’autre extrémité.

Passe-partout : Scie à lame épaisse et rigide dépourvue de cadre , qui servait pour les arbres de gros diamètres.

Pelou :

Piges : Outil de l’élagueur. Elle était étalonnée à 1 mètre.

Rouanne : Outil possédant une lame triangulaire, effilée, incurvée et recourbée à son extrémité, comme une langue de belle-mère d’où peut être son surnom . Le taillant est aiguisé à double biseau.

Rusquet : sorte de petite bêche à tranchant transversal par rapport à son long manche permettant de lever le liège . Le rusquet était utilisé par le leveur pour pratiquer l’émasclage. On levait donc les tissus morts (le liège mâle) et on faisait apparaitre le liber vivant qui réagissant engendrait le liège femelle. ou liège de reproduction (qu’on peut lever au bout de 10 ans.

Sapie : Outil au fer long pointu et courbé vers le manche, sert à déplacer ou retourner les billes de bois.

Schlitte : Sorte de luge que l’on chargeait de rondins avant de la faire glisser sur une voie constituée de rondins fixés dans le sol. Les schlitteurs retenaient la schlitte avce leur dos lors de la descente.

Scie de long : Scie du scieur de long dont la lame est maintenue par un cadre pourvu de deux poignées. Elle est actionnée par deux hommes.

Scie à débiter : Elle est pourvue d’un cadre maintenant une lame fixe; le cordage calé dans deux encoches des bras (reliés par un sommier ; épaisse traverse de sapin) et garrotté par une clé, assure la tension de la lame. C’est la plus connue des scies car d’un usage domestique.On la manie perpendiculairement au fil du bois

Scie 3 crans de charpentier : Scie possédant une poignée pistolet  , sa lame est composé d’un groupement de 3 dents sur toute la longueur de la lame.

Scie de travers : Elle est identique à la scie à débiter, mais est plus grande et maniée par deux hommes .

Scie à araser : Elle possède une monture fixe, mais ses dents sont plus fines que celles de la scie à débiter.

Scie à tenon : Elle est semblable à la scie à araser mais est plus grande.

Scie à refendre : Appelée encore scie allemande, elle travaille parallèlement aux fibres du bois. Sa lame est maintenue par deux tourillons qui permettent de l’orienter pour détacher une pièce très mince du bord ou de la tranche d’une planche.

Scie à chantourner : Elle permet de scier selon une ligne courbe, elle possède une lame plus fine que la scie à refendre mais également orientable.

Scie à dos : Elle possède une armature rigide maintenant la lame, elle est surtout utilisée par les encadreurs.

Scie à chevilles : Elle sert pour affleurer les pièces qui ressortent sur les parties plates du bois. Elle possède une lame à double denture, montée à plat sur un manche recourbé.

Scie d’élagage : possède une poignée pistolet et une lame fine, qui va en s’amincissant vers le bout.

Selle : Encore appelée Chèvre, était un banc de travail sur lequel le tonnelier s’asseyait pour façonner les douelles à la plane.

Serpe : Outil de l’élagueur, elle est dotée d’un fer plat et large au bout plus ou moins recourbé.

Stockholm : C’est un rabot monté sur une planchette servant de guide pour galber l’intérieur des douelles du futur tonneau.

Tiers point : Lime de section triangulaire. Une fois l’avoyage fait avec le toune à gauche ,le tiers point sert à retailler les dents des scies pour leur donner du mordant ou pour les creuser.

Tire-bonde : Extracteur à bonde des tonneliers

Tiretoir :

Tourne à gauche : Sert à l ‘avoyage . Cet instrument est constitué d’une plaque métallique, ronde ou rectangulaire, fendue de traits de différentes largeur, élargis en cercles vers l’intérieur, pour ménager la pointes des dents de la scie qui y sont engagées. On saisit la dent perpendiculairement à la lame et on la plie .

Tourne-bille : Il possède un bras articulé,recourbé et terminé par une pointe et sert à déplacer ou retourner les billes de bois.Il possède un long manche utilisé comme levier

Trusquin : Instrument qui sert à tracer des traits parallèles à une surface dressée, dite de référence. C’est lui qui aide à uniformiser l’épaisseur d’une planche . Il est composé d’une planchette ou « tête » , coulissant sur une tige munie d’un traceret que l’on b loque avec une clé.



Verdondaine : C’est un bouvet-jabloir permettant de creuser le jable , c’est à dire la rainure pratiquée sur les parois latérales dans laquelle vient se loger le fond du tonneau.

Vrille : Tige métallique associée à un manche perpendiculaire en bois. La lame se termine par un petit pas de vis qui aide à l’introduction dans le bois.

 

 

 

Verbes d’actions :

 

Débusquage : opération qui consiste au printemps à sortir les grumes des lieux de coupe.

Débardage : Double opération l’une étant le débusquage et l’autre le transport des grumes .